ITI French Network

A Network of the Institute of Translation and Interpreting

News & Events

News

One of the benefits of membership of the French Network is receiving a copy of the Newsletter, packed with information and updates about the Network's activities.
If you have any questions about the newsletter or have a topic you would like to suggest or write, please contact the Editor, .

Events

The French Network is active in organising events for the benefit of its members. Visit our Eventbrite page for details of upcoming webinars and workshops.

Assistance with training events

The French Network committee may be able to offer a grant to any member who would like to organise an event. The grants are intended to help with expenses such as the cost of hiring a venue, the cost of a speaker or travelling expenses, or costs connected with a networking lunch. If you would like to organise an event, please contact the with a rough idea of the costs involved and we will consider how much we would be able to provide.

Or, if you have any suggestions for an event you would like the French Network to host, please contact the , Stephanie Donat.

Recent Events

In 2020, in line with the government restrictions on meeting in person, we held a series of online webinars to ensure that members continued to receive quality Continuing Professional Development (CPD).

FrenchNet Grant Hamilton Webinar Advert













Read a review of this event here.


European Parliament Webinar Advert













Read a review of this event here.


Agathe Bozon Webinar Advert

















Read a review of this event here.

In-person workshops

FrenchNet workshop in November 2019

November 2019: the French Network held its Editing and Revision Workshop in London. Dean Evans reports on the morning session.

The FR-EN workshop was run by Janet Fraser, a translator, reviser and editor working from German and French.

We kicked off the day by discussing the services we are generally asked to provide, e.g. “checking”, “proofreading” and “editing”. Clients often use these terms interchangeably, so a key takeaway was to always get a clear brief – advice that came in handy just a few days later when I correctly suspected that a client did not want mere “proofreading”! Janet stressed how, whatever the task, the end goal should always be to ensure the text is fit for its intended purpose..

One of the focuses of Janet’s session was familiarity. While strong familiarity with a subject area or text type sets us apart in our respective fields, being too familiar with our texts can be our enemy when self-editing. Tips on how to get some distance from the text and spot silly mistakes, e.g. misspelt names, incorrect numbers and the dreaded double space, included proofreading in a different font or text size, on paper instead of on-screen, or even in a different room.

To help us put the theory into practice, Janet had prepared a series of exercises based around various revision priorities, such as accuracy, domain conventions and cultural appropriateness. The texts we worked on included a recipe and a government project factsheet, followed by an unexpected practical exam where we were told to build a paper house using some less-than-clear translated instructions. Needless to say, we weren’t very successful!

Thank you to Janet for an engaging session full of advice and tips and thank you to Florence and the committee for organising the day!

Début novembre, le réseau français d’ITI organisait un atelier de révision à Londres. Marie-Hélène Kerr relate cette demi-journée.

FrenchNet workshop in November 2019
















Cet atelier de révision des traductions de l’anglais vers le français était dirigé par Brigitte Ponsart, traductrice expérimentée, professeur de traduction (ISIT plus Université) et ancienne organisatrice du Salon de la Traduction d’Expolangues.

Brigitte a commencé par nous demander de définir les deux termes “editing” et “revising” pour constater que le premier terme se rapportait plutôt à la mise en page du texte cible et à la correction de fautes d’ortographe et de grammaire, sans se référer au texte source, tandis que le second visait à vérifier que le texte cible correspondait bien au texte source, tant dans son contenu que sa forme. En français, si les termes de correction, relecture et révision s’imposent, le dernier peut être retenu.

Il s’agit donc de bien établir dès le départ ce que requiert le client afin de pouvoir décider d’accepter ou non ce travail de révision et fournir un devis approprié. Pour ce faire: demander le plus d’informations possible au client sur l’exercice requis, obtenir le texte dans son intégralité pour s’assurer de la nature de son contenu, effectuer évaluation rapide de la qualité etc., travailler sur deux extraits afin d’obtenir une idée du temps passé et reporter le coût à l’échelle du document entier.

Par ailleurs, cette activité de relecture et/ou révision peut s’appliquer soit au travail d’un autre traducteur, ce qui permet d’y apporter un regard neuf, soit à son propre travail, ce qui est plus difficile du fait du manque de détachement. Quelques conseils pour remédier à ce problème : laisser passer 24h si l’on peut entre la traduction et la révision, imprimer les textes source et cible, lire sa traduction à haute voix ou utiliser une fonctionnalité vocale (par exemple celle du logiciel Word). S’agissant d’outils d’aide à la relecture, les participants ont également cité le Robert correcteur et Antidote, deux logiciels de correction grammaticale et d’aide à la rédaction.

Brigitte nous a ensuite proposé de passer à la pratique avec quelques exercices, après nous avoir demandé de réfléchir à l’objectif à atteindre, à savoir parvenir à une approche systématique ou à une modélisation du processus de révision.

Nous avons travaillé sur plusieurs types de textes :

    - une notice explicative de verres de lunettes fabriqués au Japon où se posait la question des équivalences culturelles,
    - une brochure touristique italienne qui a soulevé la question des conventions stylistiques (présent historique par exemple) et celui du travail de recherche et vérification du sujet,
    - un article tiré du magazine de bord d’Eurostar “blind date” qui nous a amenés à nous poser la question du registre ; correspond-t-il à notre profil et dans le cas contraire, faut-il travailler en tandem avec un autre traducteur ou refuser ce travail?
    - et un article sur l’exposition universelle de 1954 à Bruxelles, qui consistait à comparer deux textes cibles sans le texte source, en se focalisant sur l’élégance du style et le naturel de l’expression, une fois vérifiée la similarité de contenu. Avec pour objectif ultime d’évaluer laquelle des deux traductions était la meilleure et pourquoi.

Au final, une excellente après-midi alliant le plaisir des mots à l’agréable compagnie de collègues traducteurs et traversée par la bonne humeur.

Institute of Translation and Interpreting | ©2009 - 2021 Fiona Whiteside | Privacy Policy